rustic oracle • bande annonce

Rustic Oracle (Vivaces V.F.) raconte l’histoire d’Ivy, une fillette de 8 ans, alors qu’elle accompagne sa mère (Susan) dans un « road trip » à la recherche de sa sœur ainée, Heather, disparue de leur petite communauté mohawk. Bien que leur périple soit initié par une épreuve qu’aucune famille ne devrait avoir à subir, la peur, la peine et l’espoir qu’elles partagent finit par les rapprocher.

Bien plus qu’une histoire sur la douleur provoquée par la perte d’un être cher, Rustic Oracle conte l’histoire d’une mère et de sa fille qui se soutiennent, se consolent et s’unissent dans des circonstances douloureuses.

SORTIE EN SALLES

EN SALLES LE 21 AOÛT, 2020

distribution

Carmen Moore
dans le rôle de SUSAN • La mère d'Ivy et Heather

L'actrice britannique Carmen Moore est membre de la Première nation Wet'suwet'en. Elle a joué dans de nombreuses séries télévisées aux États-Unis et au Canada, notamment Outlander, Blackstone, Artic Air, Girlfriends' Guide to Divorce, Chesapeake Shores, Arrow, iZombie, Godiva's et le long métrage Unnatural & Accidental. Elle a été nominée pour un Canadian Screen Award en 2017 et est lauréate de trois Leo Awards. Elle a remporté le prix de la meilleure actrice de soutien au Festival du film amérindien (San Francisco) pour son interprétation de Susan dans Rustic Oracle.

"Il est si important et si nécessaire de faire connaître l'épidémie de la MMIW d'une manière aussi percutante et provocante", déclare Carmen Moore. "Aussi lourd que cela ait parfois été sur nos cœurs, je ne pourrais pas être plus fière d'avoir participé à cette collaboration, en travaillant avec les belles âmes qui l'ont rêvée, créée et nous a tous réunis. J'espère que le film contribuera à sensibiliser les gens et à susciter des actions".

Lake Kahentawaks Delisle
en tant que jeune IVY • La soeur de l'adolescente disparue

Née en 2009 dans la communauté mohawk de Kanhawake près de Montréal, Q.C., la nouvelle venue Lake Kahentawaks Delisle est une jeune actrice talentueuse qui a joué dans le long métrage Blood Quantum (2018), du réalisateur Jeff Barnaby, et dans Rea (2017), un court métrage de Devery Jacobs. Rustic Oracle marque le premier rôle principal de Delisle dans un long métrage. Elle a reçu le prix du meilleur premier rôle féminin au Festival international du film de Dunedin (Floride) et celui de la meilleure actrice au Festival du film des Indiens d'Amérique (San Francisco) pour son rôle dans le film.

Margo Kane
dans le rôle de TOTA • Mère de Susan, grand-mère de Heather et Ivy

Margo Kane est une artiste crie-saulteux aux multiples talents, originaire d’Edmonton, Alberta, connue pour ses talents d’actrice, de chanteuse, de danseuse, de conteuse, d’écrivain, etc. Elle a écrit et joué un spectacle solo intitulé Moonlodge, qui a tourné pendant plus de 10 ans au niveau national et international. À l’écran, ses rôles les plus récents incluent ceux de Raven Tales : The Movie (2014), Unnatural & Accidental (2006), Dreamkeeper (TV-2003) et On the Corner (2003). Margo Kane est également une ardente défenseuse des droits des autochtones ; elle est la créatrice du Forum de Vancouver : Telling Our Own Story (Raconter notre propre histoire).

Mckenzie Kahnekaroroks Deer
dans le rôle de HEATHER • La fille de Susan et la grande soeur d'Ivy

Rustic Oracle marque la première apparition de Mckenzie Kahnekaroroks Deer à l'écran. La jeune actrice est née en 2001, dans la communauté mohawk de Kahnawake, près de Montréal, Q.C.

"Cela signifie beaucoup pour moi de faire partie de cette histoire car c'est un message si important qui doit être connu", déclare Deer. "C'est quelque chose que les gens ont besoin d'entendre parce que c'est une chose réelle qui arrive à notre peuple. Faire partie du film m'a fait réaliser ce que ces familles ont vécu... ça me brise le coeur. Rustic Oracle est un moyen pour les gens du monde entier de comprendre ce qu'a vécu notre communauté et qu'elle doit changer".

kevin parent
dans le rôle de l'OFFICER CARON

Bien connu dans la province de Québec, Kevin Parent est un acteur bilingue et un auteur-compositeur-interprète multi-platine qui a récolté de nombreux prix de l'ADISQ et des nominations aux Juno pour ses albums en français et en anglais. Parent a commencé sa carrière d'acteur en 2011. Il a joué un rôle principal dans le long métrage Café de Flore de Jean-Marc Vallée, acclamé internationalement, avec Vanessa Paradis, Évelyne Brochu et Hélène Florent. Depuis, il a tenu des rôles dans la mini-série télévisée La Disparition, le thriller américain, The Calling de Jason Stone, La maison du pêcheur d'Alain Chartrand et la populaire série télévisée québécoise Toute la vérité.

la cinéaste

sonia bonspille boileau

la scénariste et la réalisatrice

Sonia Bonspille Boileau est une cinéaste mohawk bilingue. Ces dix dernières années, elle a développé et produit des projets télévisuels en anglais et en français (émissions pour enfants, longs métrages dramatiques, documentaires à caractère social etc…). En 2017, elle a reçu le prix national du long métrage de la WIDC (Women In the Director's Chair),prix conçu pour encourager la réalisation d'un plus grand nombre de longs métrages par des femmes, ainsi que le prix de distinction APTN 2016.

Son premier long métrage dramatique, "Le Dep" (2015), a été présenté en première au prestigieux Festival international du film de Karlovy Vary en République Tchèque. Le film a été sélectionné officiellement dans plusieurs festivals à travers le monde et a remporté de nombreux prix. Rustic Oracle est son deuxième long métrage dramatique.

Bonspille Boileau a écrit et réalisé plusieurs documentaires primés. Son long métrage documentaire "The Oka Legacy", sur l'impact de la crise d'Oka de 1990, lui a valu un Golden Sheaf Award au Festival du film de Yorkton (Saskatchewan) en 2016. Elle a également remporté le Prix de la Diversité au Gala des Prix Gémeaux 2011 pour son documentaire "Last Call Indian". Elle a, par ailleurs, réalisé quatre épisodes de la série documentaire "Skindigenous" sur APTN.

En tant que cinéaste autochtone, l'objectif de Bonspille Boileau a toujours été de raconter des histoires qui plaisent aux populations autochtones et non autochtones et qui nous relient tous.

Dans Rustic Oracle, la relation entre les personnages est tout aussi importante que l'histoire de la disparition de Heather. En fait, les personnages, très imparfaits mais réalistes, sont la force motrice du film", explique Bonspille Boileau.

Le film partage une histoire vécue par d'innombrables familles autochtones qui ont fait face au traumatisme causé par la disparition d'un être cher", poursuit-elle. "La disparition ou l'assassinat de femmes et de filles autochtones est devenu un problème social si important que nous avons perdu le contact avec les personnes qui l'ont vécu. Le film vise à faire en sorte que la peur et l'impuissance ressenties par tant de familles dans ce pays ne soient pas noyées par la politique, les statistiques et les mots à la mode. Il est facile d'oublier que chaque "sœur volée" est exactement cela : la sœur, la fille, la nièce, la cousine ou la meilleure amie de quelqu'un. Rustic Oracle trouvera un écho auprès des familles qui ont subi ce traumatisme. En gardant ces familles à l'esprit, le film présente une distribution à prédominance féminine autochtone".

mot de la réalisatrice

En 1996, comme Heather dans Rustic Oracle, j’avais 16 ans et je vivais à Kanehsatake. J’ai flirté avec l’idée de quitter la maison et, comme Heather, j’ai fréquenté les mauvaises personnes dans ma recherche d’intégration. Cette histoire aurait pu être celle de ma famille et moi. Mon jeune frère aurait pu vivre un parcours similaire à celui d’Ivy. Je suis tout à fait consciente de faire partie des chanceux. Rustic Oracle n’est peut-être pas basé sur une histoire vraie, mais ce qui arrive à Heather est similaire à tant d’autres dans nos communautés. Aujourd’hui, nous sommes un peu plus au courant des chiffres surprenants associés à l’Enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées. Mais il n’en demeure pas moins que les statistiques ne s’améliorent pas. J’espère donc que mon film mettra en lumière cette injustice sociale qui persiste encore et toujours.

Il m’a semblé important de tourner ce film en 1996 - non seulement en raison de mon propre lien avec cette époque - mais aussi parce qu’il se situe avant les médias sociaux. À l’époque, la prise de conscience et l’attitude générales concernant les femmes autochtones disparues et assassinées n’étaient pas du tout ce qu’elles sont aujourd’hui. Si je me souviens bien, le grand public canadien était soit ignorant, soit indifférent. De nombreuses familles étaient livrées à elles-mêmes. Et avant la venue des réseaux sociaux, il était pratiquement impossible de faire passer le message. C’est sans aucun doute une des raisons pour lesquelles tant de femmes vulnérables ont été victimes, sous le silence et le désintérêt de la population générale. Au cours des années 1990, la GRC a enregistré plus de soixante femmes autochtones disparues (même si nos propres organisations estiment que le nombre est beaucoup plus élevé). Vingt-cinq d’entre elles n’ont jamais été retrouvées. La plupart de ces cas ont été négligés jusqu’à la fin des années 2000, lorsque les femmes autochtones disparues et assassinées sont devenues un sujet d’intérêt général. Ces dernières années, nous avons beaucoup plus entendu parler de ce problème. L’acronyme - MMIW - avec son hashtag de tendance ont certainement contribué à la sensibilisation. Mais il a également créé un effet de désensibilisation, transformant les identités en chiffres et les empilant simplement en statistiques. Mon objectif avec ce film est de m’éloigner des statistiques et de ramener le problème à une seule histoire.

déclaration du producteur

Pour la deuxième fois de ma carrière, j’ai eu la chance de travailler avec la scénariste et réalisatrice Sonia Bonspille-Boileau. À la fin de notre premier film, LE DEP, j’ai réalisé à quel point, en tant que cinéaste, elle était talentueuse et visionnaire. Avec un budget limité et peu de ressources, nous avons été capables de créer un film authentique et surtout qui reflétait la vie tel qu’elle est dans une petite communauté des Premières nations au Canada. Dans cette œuvre plus récente, Rustic Oracle, nous nous sommes donné pour objectif de poursuivre sur cette lancée.

Compte-tenu de l’urgence de la situation, il n’est pas étonnant que nous désirions aborder la question des femmes autochtones portées disparues et/ou assassinées. Malgré le fait que ce thème fut traité plusieurs fois à l’écran, nous avions un désir profond de l’aborder d’une perspective entièrement Autochtone. La genèse du film trouve sa source dans des statistiques qui nous ont marqués il y a plus d’une dizaine d’année. Le choc et le désir d’en faire une oeuvre s’est concrétisé lorsque nous avons constaté que les photos des femmes portées disparues ou assassinées ressemblaient énormément à celui de femmes que nous avions connues toute notre vie.

À ce moment, nous savions que notre expérience en long-métrage n’était pas suffisante pour mener ce projet à terme. Nous avons décidé que nous commencerions à travailler sur ce film quand nous serions prêts. En 2018, le moment était venu, nous étions prêts.

Rustic Oracle a un scénario écrit dans un style non conventionnel, une vision singulière du genre du road-movie. Tout au long du film, nous suivons deux personnages à la recherche d’un être cher disparu. Chacun vit la situation à sa manière. Je suis persuadé que seule Sonia pouvait donner vie à cette histoire, avec la maîtrise nécessaire et d’un point de vue féminin et indigène.

Cela dit, je me suis engagé à fournir à Sonia toutes les ressources dont elle avait besoin pour faire de ce film un film mémorable. Ensemble, nous avons pris la décision d’offrir l’un des rôles principaux à Carmen Moore. Carmen est sans doute l’actrice Autochtone la plus talentueuse du pays ; sa carrière et les prix qu’elle a reçu parlent d’eux-mêmes. À la première lecture, Carmen est tombée amoureuse du scénario et a ressenti un sentiment de responsabilité.

Maintenant, à la veille de sa sortie, rien ne me rend plus fier que de voir le générique de fin apparaître en sachant que le film a été écrit, réalisé et produit par des Autochtones. C’est quelque chose que j’ai vécu une fois avec LE DEP, et que je vivrais à nouveau avec Rustic Oracle.

photos

crédits

Écrit et réalisé par
Sonia Bonspille Boileau

Producteur
Jason Brennan

Productrice exécutive
Carol Whiteman

Productrice déléguée
Carole Vaillancourt

Première assistante à la réalisation
Marilou Nadeau-Lessard

Deuxième assistante à la réalisation
Latifa Naouri

Troisième assistante à la réalisation
Pepper O’Bomsawin

Distribution
Ivy
Lake Kahentawaks Delisle

Susan
Carmen Moore

Heather
McKenzie Kahnekaroroks Deer

Tota
Margo Kane

Karen
Alex Rice

Courtney
Passion Diabo-Sim

Agent Caron
Kevin Parent

Renée
Melissa Toussaint

Officer Tremblay
Richard Jutras

Hawi
Brittany LeBorgne

Devan (l’ami d’Ivy)
Mark Bonspille Jr

Directrice d’école
Caroline Gelinas

Shawn
Maxime Gibeault

Ivy, à l’âge adulte
Kawennáhere Devery Jacobs

La fille d’Ivy
Keena Thunderblanket

Ellen
Barbara Diabo

Murray (ainé de la communauté)
Wahiakeron George Gilbert

Goof
Brandon Jacobs

Prostituée
Alexandre L’Heureux

Serveuse de restaurant
Anjo B. Arson

Le portier
Emmanuel Auger

Client du motel
Marc Fournier

Le père d’Ivy
Sébastien Carranza

Policier à Ottawa
Richard Robitaille

Enseignante
Donna Kenerahtenha:wi Jacobs

Professeur de lycée
Dan Baker

Homme qui réconforte Susan
Marc-André Assiniwi

Homme qui parle à Karen et Susan
Guillaume Dury

Femme qui réconforte Susan
Jessica Loft

L’homme qui pointe au bar
Robert Langevin

Eric
Raphaël Dury

Un homme qui dit à Suzan de quitter
Alex Cyr

Une femme au magasin du coin
Hilary Hilaire

Femme dans le parc de la Gatineau
Cheyenne Côté

Voix à la télé
Mike Guinta

Aîné de Kanehsatake
Harvey Satewas Gabriel

Liaison communautaire à Kanehsatake
Cheryl McDonald

Localisation et soutien technique à Kanehsatake
Edward Gabriel

Agente financière du bureau de la bande de Kanehsatake
Leona Bonspille

Directeur de la photographie
Patrick Kaplin

1er AC
Charles Delan

2e ACs
Ashley Doucet
Marc Pronovost

Gestionnaire de données
Raphaël Demers, Post-Moderne

Superviseur de scénario
Patrick Aubert

Preneuse de son
Martyne Morin

Perchiste
Jesse Dubé-Smith

Assistant perchiste
Casey Barnabé-Brown

Chef électricien
Jaden Scholes

Premier électricien
Michel Ahelo

Deuxième électricien
Mathieu Veillette
Wissam Salem
Brinthan Gunaratnam
Dieudonné Racine

Chef machiniste
Vincent Plourde-Lavoie

Premier assistant machiniste
Alex Fillion
Andres Castillo

Machinistes supplémentaires
Vincent L’écuyer
Maxime Latraverse
Abas Saad

Régisseur
Sebastien Kègle

Repérage des lieux
Marie Hébert

Conceptrice artistique
Donna Noonan

Décorateurs
Colleen Williamson
Pierre Chaput

Accessoiriste
Mylène “Mylou” Bilodeau

Assistante aux accessoires
Marie-Louise Laurier

Artiste-sculpteur
Elizabeth Duran

Techniciens aux décors
Richard Bachand
Denis Beaulieu
Christian Claveau
Jacques Brasseur
Robert Joly
Paul-Émile Gallant
Celyne Gaspé

Assistants techniciens aux décors
Michel Boileau
David Belisle
Cheryl McDonald

Créatrice de costumes
Swaneige Bertrand

Assistante à la création de costumes
Marie-Claude Dextradeur

Chefs costumières
Nathalie Chrétien
Katerina “Kita” Mendolia

Assistants costumiers
John Stowe
Rachel Goguen
Stéphanie Burbano

Chef maquilleuse et coiffeuse
Pamela Warden

Assistants maquilleurs et coiffure
Drew McComber
Nathan Blacksmith
Jonas Gilbert

Chef assistant de production
Olivier Barzic

Assistants de production
Danaé Robidoux
Véronique Fafard
Axel Robidoux
Etienne Mongrain

Sécurité
Patricia Meilleur

Chauffeurs
Louis-Paul Dallaire
Véronique Paris
James Brennan

Cantinier
Keith Nelson

Cantinier de plateau
Bahaeddine Bahouri

Traiteur
Arrêt de Bus

Café fourni par
Moccasin Jo Coffee Roasters

Eau fournie par
Kahneki

Véhicules cinématographiques
CINE MOBILE

Coordonnateur de véhicules cinématographiques
Michel Perreault

Chauffeurs de véhicules cinématographiques
Guillaume Perreault
Roland Lachance
François Dumont

Véhicules cinématographiques additionnelles
Keith White

Préposés aux véhicules cinématographiques
Jocelyn Bourcier
Patrick Malo

Monteur
Randy Kelly

Montage supplémentaire
Alain Baril

Monteur en ligne
Annaël Beauchemin, Post-Moderne

Coloriste
Stéphanie Vaillancourt, Post-Moderne

Assistants monteurs
Marie-Pier Dupuis, Post-Moderne
Marie-Kathryne Viens, Post-Moderne
Alexandre Lafontaine

Effets visuels
Alain Baril

Artiste numérique
Alexandre Lafontaine

Directrices de post-production
Amanda Roy
Jacynthe Turcotte

Coordonnatrice de postproduction
Annie Dionne, Post-Moderne

Concepteurs sonore
Luc Raymond
Jean-Philippe Savard

Superviseur sonore
Jean-Philippe Savard

Mixeur sonore
Cory Rizos

Monteurs d’effets sonores
Jean-Philippe Savard
Luc Raymond

Monteur dialogue et postsynchronisation
Guy Pelletier

Technicien de postsynchronisation
Louis-Antoine Lassonde, Mels Studios

Superviseur de postsynchronisation
Sandra Portman, Sharpe Sound Studios

Assistants monteurs de son
Ilyaa Ghafouri, Mels Studios
Stéphanie Mercure, Mels Studios

Bruiteur
Nicolas Gagnon, Mels Studios

Assistant bruiteur
Louis Duranleau, Mels Studios

Enregistrement bruitage
Daniel Bisson, Mels Studios

Monteur bruitage
Guy Pelletier

Monteur de la musique
Luc Raymond

Coordonnatrice des services sonores
Celia Perrier, Mels Studios

Musique originale composée, arrangée, interprétée et produite par
Alain Auger

Chant solo
Moe Clark

Studio de musique
Studio La Voute

Traductrice
Brenda Etienne

Conseillères à la scénarisation
Lisa Jackson
Linda Coffey

Directrices de casting
Nadia Rona and Vera Miller - Elite Casting

BFiguration
Johanne Titley - Casting Quarters

Associée à la figuration
Patricia Walker

Assistants à la figuration
Kevin Desfossés
Andres Moreno

Casting additionnel
Mensour Agency

Publicistes
Marie Routhier, Annexe Communications
Lyne Dutremble, Annexe Communications

Gestionnaire de médias sociaux
Marie-Pier Roy

Photographe de plateau
Randy Kelly

Comptable
Karine Hein

Assistante à la comptabilité
Catherine Lemieux

Gestionnaire de paies
Marie-Noëlle Legault

Coordonnatrice de production
Amélie Brochu

Adjointe de production
Jacynthe Turcotte

Assistante du producteur
Marie-Pier Roy

Services juridiques
Me Robert Y Cousineau
Joe Sisto B.A., M.A., B.C.L., LL.B
Lussier & Khouzam Inc

Assurances
RISK MANAGEMENT AND INSURANCE BFL CANADA RISK AND INSURANCE SERVICES INC.

Contrôleur
PricewaterhouseCoopers LLPLyne Lacroix

Financement intérimaire fourni par
National Bank of Canada - TV and Motion Picture Group

nous joindre

183 Freeman, Unité 8, Gatineau (QC), Canada, J8Z 2A7
Tél: 819-770-3281 | Fax: 819-770-2547
www.nishmedia.tv    |    info@nishmedia.tv

Basée dans l’Outaouais, Nish Média est une société de production audiovisuelle autochtone primée avec plus de quinze ans d’expérience. Nish Média donne aux professionnels autochtones de l’industrie leur propre voix ainsi que les moyens nécessaires pour créer un contenu unique et attrayant sur plusieurs plates-formes. Que ce soit à la télévision, au cinéma ou dans les nouveaux-médias, l’objectif de Nish est de faire rayonner la culture autochtone tant au pays qu'à l’international.

contact média

Pour Toronto & Vancouver:
Margaret Sirotich
msirotich@sympatico.ca
647-466-1746

Pour Ottawa, Gatineau & Montréal:
Lyne Dutremble
lyne@annexecommunications.com
514-844-8864 #136